Vous êtes ici
Culture
L’Art Nouveau d’Alphonse Mucha

1894. Sarah Bernhardt, au sommet de sa gloire, s’apprête à monter sur les planches parisiennes pour interpréter Gismonda. Pour cette nouvelle pièce, celle que l’on surnomme « l’Impératrice du théâtre » souhaite une affiche ; la demande,  déposée auprès de l’imprimeur Lemercier, incombe à un jeune artiste tchèque encore méconnu et simplement de passage à l’atelier : Alphonse Mucha. Son illustration révolutionnaire de la tragédienne sublimée en Gismonda propulse la carrière de Mucha, qui devient rapidement la figure emblématique de l’Art Nouveau.

Enchantée, Sarah Bernhardt propose immédiatement à l’artiste un contrat de 5 ans pour produire les affiches de tous ses spectacles. En parallèle, l’illustrateur signe un contrat exclusif avec l’imprimeur Champenois pour réaliser des affiches publicitaires.

Le succès des affiches de Mucha à Paris est tel que les collectionneurs, non contents de soudoyer les colleurs d’affiches pour s’en procurer, attendent parfois la nuit pour les découper des panneaux placardés  à la lame du rasoir. Sans aller jusqu’à ces extrémités, Hachette BnF vous propose de vous approprier les œuvres du génie de l’Art Nouveau parisien au travers d’une sélection de carnets : La Primevère, La Plume ; la féminité chez Mucha se pare de bijoux fastueux, de couleurs pastels, de motifs floraux et d’inspiration byzantine.   

 

 

 

Affiches commerciales, théâtrales, bijoux.... le « style Mucha » pénètre tous les arts, y compris la littérature. En 1897 paraît Ilsée, Princesse de Tripoli basé sur la pièce d’Edmond Rostand La Princesse Lointaine – écrite pour Sarah Bernhardt en 1895.  Dans cette édition originale conservée à la Bibliothèque nationale de France, les 134 lithographies d’Alphonse Mucha célèbrent la merveilleuse beauté de la princesse. Une fois le manuscrit de l’œuvre complété, Mucha n’a eu que trois mois pour illustrer l’histoire avant que l’ouvrage ne parte pour impression.

 

 

1899. Alphonse Mucha signe l’œuvre qu’il juge la plus aboutie de sa production, loin des préoccupations commerciales des nombreuses affiches qui ont fait son succès : dans son Pater, l’illustrateur donne sa vision du christianisme – emprunte de symboles maçonnique – et exprime son penchant pour les questions d’ordre spirituel. À sa parution, ce Notre-Père illustré par Mucha n’est tiré qu’à cinq cent dix exemplaires. Il vous est désormais possible de tenir entre vos mains le fac-similé de l’édition originale, avec le commentaire et les compositions de l’artiste.

 

 

Le Pater
Le Pater
Carnet Blanc, Affiche Mucha, La Primevère
Carnet Blanc, Affiche Mucha, La...
Carnet Blanc, Affiche Mucha, La Plume
Carnet Blanc, Affiche Mucha, La...