Vous êtes ici
250e anniversaire de la naissance de Napoléon Bonaparte

« On a peu de détails authentiques sur la première enfance et la première éducation de Napoléon. À l’en croire lui-même, sa vie fut assez libre...s’il était puni par le pain sec, il allait s'échappait pour aller manger le pain de châtaignes des bergers... »

 

Napoléon dans sa jeunesse

 

Napoléon Bonaparte, le futur premier empereur des Français, naît le 15 août 1769 dans une famille corse d’origine italienne. Le quatrième de quatorze enfants, dont seulement huit atteignirent l'âge d’adulte, il passe les neuf premières années de sa vie à Ajaccio.

 

« Napoléon aimait la solitude ; il la recherchait pour travailler ; aussi, bientôt, quoique arrivé à l’école mal préparé, il fut un des premiers élèves. »

 

Napoléon Ier et son temps. Histoire militaire, gouvernement intérieur, lettres, sciences et arts

 

Arrivant en France métropolitaine en décembre 1778, il poursuit une éducation aux écoles militaires de Brienne-le-Château (l’Aube) et de Paris. Sa carrière est à peine entamée quand la Révolution française de 1789 se déclenche. Bonaparte participe aux plusieurs campagnes militaires en Europe et en Afrique et devient général au cours des dernières années du XVIIIe siècle.

 

« Tout à coup, on l’entend crier : vive Bonaparte ! les tambours battent aux champs. Il passe, salue tout le monde… »

 

Souvenirs d'un vieux grognard

 

Après une série de manipulations politiques, c’est à la Cathédrale Notre-Dame de Paris où, en présence du Pape Pie VII, il se couronne empereur avant de couronner son épouse, Joséphine de Beauharnais, impératrice le 2 décembre 1804. Le célèbre tableau Le Sacre de Napoléon de Jacques-Louis David (maintenant exposé au Musée du Louvre) immortalise ce grand spectacle.

 

« Je réussissais dans ce que j’entreprenais parce que je le voulais : mes volontés étaient fortes et mon caractère décidé. Je n’hésitais jamais ; ce qui m’a donné de l’avantage sur tout le monde. La volonté dépend, au reste, de la trempe de l’individu ; il n’appartient pas à chacun d'être maître chez lui. »

 

Les confessions de l'empereur Napoléon : petit mémorial écrit de sa main à Sainte-Hélène

 

Après une série de victoires militaires contre ses européens coalisés, Bonaparte rencontre la défaite et est exilé sur l'île d’Elbe (entre la Corse et l’Italie) en 1814. Il rejoint la France en 1815, reprenant à nouveau le pouvoir provisoirement pendant la période des « Cent-Jours ».

 

« Napoléon était devenu sombre, mélancolique ; il fuyait la vue des hommes, et des Anglais surtout. Dans la dernière année on remarquait que souvent il interrompait des heures de silence pour s’écrier : Les monstres ! Que ne me faisaient-ils fusiller, j’aurais reçu de moins la mort du soldat. »

 

La Mort de Napoléon

 

L’échec de ses forces contre l’armée du duc de Wellington à la bataille de Waterloo le 18 juin 1815 le pousse à abdiquer une deuxième fois et il est exilé bien plus loin de la France, à l'île de Sainte-Hélène au milieu l’Océan atlantique. Bonaparte meurt en 1821, laissant derrière lui un héritage clivant qui marque la vie politique française pendant tout le XIXe siècle.