Vous êtes ici
Auteurs
La littérature française du XVIIIe siècle Voltaire, Rousseau, Diderot, Montesquieu

Le siècle des Lumières

 

Mouvement culturel et intellectuel qui marqua l’histoire du continent européen au XVIIIe siècle, les Lumières naquirent en France à la fin du règne de Louis XIV avant de se répandre en Europe mais elles conservèrent dans ce pays une place importante tout au long de la période.

En France, les Lumières se caractérisèrent par leur grande variété littéraire et par le renouvellement des formes et des contenus proposé par ces auteurs, à la fois dans le roman mais aussi dans le théâtre ou la poésie.

Contestant la monarchie absolutiste et l’obscurantisme religieux, la littérature française du XVIIIe siècle, fondée sur la raison, prôna la tolérance et le droit au bonheur pour tout individu.

 

L’œuvre centrale de Voltaire

 

Figure emblématique des Lumières tant dans sa longévité que dans la richesse de son œuvre, François-Marie Arouet, dit Voltaire, nous laissa un héritage dense et protéiforme.

Véritable best-seller à l’époque, Candide ou l’optimisme, paru en 1759, est aujourd’hui considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature française. Cette satire féroce de la société de son temps fut une source d’influence pour de nombreux écrivains.

Dramaturge de talent, Voltaire fit également les beaux jours de la Comédie-Française. Sa pièce le Zaïre, écrite en 1732, librement inspirée d’Othello et se déroulant au temps des Croisades obtint un succès considérable en son temps.

Enfin tout aussi notable furent les poèmes de Voltaire. En témoigne La Henriade, poème épique de 1723, sur les Guerres de Religion mêlant fiction et réalité tout en faisant l’éloge de la tolérance. 

 

 

Rousseau, écrivain préromantique et théoricien révolutionnaire

 

Avant d’être le philosophe dont l’influence fut sans doute la plus grande sur la Révolution française, Jean-Jacques Rousseau fut aussi un grand romancier à la fois naturaliste et sensible.

En effet le Genevois a connu un grand succès avec son roman épistolaire Julie ou la Nouvelle Héloïse, réédité à de nombreuses reprises depuis sa parution en 1761. Inspiré de la romance entre Héloïse et Pierre Abélard au Moyen-Âge, ce roman est aussi mâtiné d’une théorie philosophique autour de thèmes chers à l’écrivain comme l’authenticité.

L’année suivante paraît un texte fondamental: Du contrat social. Œuvre fondatrice, axée sur cette notion nouvelle de souveraineté du peuple, elle devint l’une des références majeures de la Révolution française.

 

 

 

Diderot, auteur hétéroclite et philosophe novateur

 

Outre L’Encyclopédie, Denis Diderot est aussi reconnu aujourd’hui pour ses nombreuses inventions formelles dans les genres littéraires auxquels il s’essaya.

À l’origine, avec d’autres, du drame bourgeois, l’écrivain fut aussi derrière de nouvelles formes inédite du roman comme le roman-mémoires avec La Religieuse, achevé en 1780 et publié à titre posthume en 1797.

De plus et tout comme ses pairs, Diderot mena en parallèle, et ce dès ses débuts, une importante activité philosophique. À l’instar de son recueil d’aphorismes, Pensées philosophiques, paru en 1746 anonymement et clandestinement.

 

 

Montesquieu, romancier satirique et penseur de la démocratie

 

Charles Louis de Secondat, baron de Montesquieu, se fit remarquer dans un premier temps en 1724 avec Les Lettres Persanes. Un roman épistolaire et une satire réjouissante qui sert ici de prétexte à une réflexion politique sur les régimes et systèmes politiques européens de l’époque.

Si ce précédent ouvrage fut publié dans l’anonymat par prudence, ce ne fut pas le cas de L’esprit des lois. En effet ce célèbre traité de théorie politique diffusé en 1748 fut mis à l’index tout en devenant par la suite une source majeure dans la rédaction des constitutions libérales de la fin du siècle.

 

 

 

Candide ou L'optimisme
Candide ou L'optimisme...
Théâtre choisi de Voltaire. Tome 2 Zaïre
Théâtre choisi de Voltaire...