Vous êtes ici
Auteurs
Le XVIIe, siècle de la Préciosité, du Classicisme et du Libertinage

Le XVIIe fut le grand siècle du libertinage. Ce terme renvoie cependant à deux réalités distinctes, désignant à la fois les libres penseurs, en rébellion contre les codes moraux de leur époque, et la sexualité sulfureuse de certains notables.

En France, les différents courants qui animèrent la société engendrèrent une littérature diverse et variée. Le libertinage donna notamment lieu à une importante production poétique, dont Les amours tragiques de Pyrame et Thisbé , mis en vers françois (Éd.1626) de Théophile de Viau, oeuvre dont “Il est certain qu’elle a quelque chose de rare” (p 15).

 

Reste que bien d’autres courants et auteurs marquèrent le XVIIe…

 

L’oeuvre centrale de Fénelon

Théologien et précepteur des princes, cette éditions des Oeuvres complètes de Fénelon, Tome XVII. Éducation des filles. Discours, panégyriques, sermons, etc. présente une anthologie de ses ouvrages, dont on pourra apprécier la variété, entre théologie, beaux-art, éducation, ou encore politique….

 

La Préciosité

Raillé par Molière dans Les Précieuses ridicules , comédie, représentée au Petit Bourbon, le mouvement Précieux, caractérisé par une esthétique très recherchée, s’est particulièrement épanoui dans la deuxième moitié du XVIIe. Madeleine de Scudéry est la figure emblématique de ce mouvement. Ses Conversations nouvelles sur divers sujets, dédiées au Roy. T. 1 (Éd.1684), sont l’occasion de s’immerger dans les codes et de faire son entrée dans le salon de la société précieuse,”éclairé de lustres de cristal de roche admirable” (p 26)...

 

Le Classicisme

Mouvement caractérisé par sa référence aux auteurs anciens et sa dimension didactique, le classicisme se développa surtout à la fin du XVIIe siècle. En France, l’oeuvre de Boileau, notamment son Art poétique, est particulièrement représentative des contraintes stylistiques du classicisme : “Un auteur quelquefois trop plein de son objet

Jamais sans l’épuiser n’abandonne un sujet” (p 4).

 

Théâtre

Le XVIIe siècle fut particulièrement prolifique pour le théâtre, qu’il s’agisse de tragédies, portées par Racine avec Andromaque , tragédie [par J. Racine] (Éd.1668) ou de comédie, avec Le roman comique (Éd. 1883) de Paul Scarron, oeuvre inachevée qui relate les frasques d’une troupe de comédiens : Destin, Rancune et Caverne.

Oeuvres complètes de Fénelon, Tome XVII. Éducation des filles. Discours, panégyriques, sermons, etc.
Oeuvres complètes de Fénelon,...
Les amours tragiques de Pyrame et Thisbé , mis en vers françois (Éd.1626)
Les amours tragiques de Pyrame...