Vous êtes ici
Nouveauté
Théorie et pratiques de la photographie au cours du XIXe siècle

Historique et description des procédés du daguerréotype et du diorama est un ouvrage fondamental de l’histoire de la photographie : il contient différents rapports et notices sur les procédés de Niepce et Daguerre, inventeurs de la « chambre noire ». Duchatel, ministre de l’intérieur, prend la mesure de la découverte : « après quinze ans de recherches persévérantes et dispendieuses, M. Daguerre est parvenu à fixer les images de la chambre obscure et à créer ainsi, en quatre ou cinq minutes, par la puissance de la lumière, des dessins où les objets conservent mathématiquement leurs formes jusque dans leurs plus petits détails, où les effets de la perspective linéaire, et la dégradation des tons provenant de la perspective aérienne, sont accusés avec une délicatesse inconnue jusqu’ici ».

 

Ce rapport contient une notice sur l’héliographie de Niepce, précurseur de Daguerre, procédé consistant à « reproduire spontanément, par l’action de la lumière, avec les dégradations de teintes du noir au blanc, les images reçues dans la chambre obscure », et surtout des descriptions très détaillées expliquant le daguerréotype, mais aussi le diorama.

 

Cinquante ans plus tard, Les Récréations photographiques d’Albert Bergeret constitue un véritable guide de la photographie. Sont détaillés, par exemple, le temps de pose nécessaire à chaque heure de chaque mois de l’année, comment bien éclairer un portrait en chambre, photographier de nuit, faire des « photobustes »... ou encore simuler un fantôme, comme l’a fait un atelier de photographie spirite peu scrupuleux qui « se servait tout simplement d'une poupée drapée dans une espèce de linceul et dont il changeait la tête à volonté ».

 

Le Guide du photographe amateur s’adresse quant à lui directement aux néophytes, qui peuvent s’essayer à la photographie grâce aux progrès techniques du second XIXe siècle : « Aujourd'hui, les manipulations simplifiées de la photographie au gélatino-bromure d'argent permettent à l'amateur d'être un excellent photographe, un artiste, sans se perdre dans des théories chimiques qui demandent des études spéciales et un temps considérable. »

 

L’auteur y détaille notamment les causes d’insuccès des épreuves négatives, positives et de l’agrandissement sur papier au gélatino-bromure d’argent (bain d’hyposulfite trop fort, lavage insuffisant, poussière, manque de pose, pression insuffisante ou inégale du châssis-presse, bain ayant trop servi, etc.), et fournit même les « frais généraux que nécessite l’achat d’un laboratoire photographique » qu’il évalue à 50,70 francs – « Quant aux appareils, il y en a de tout prix. »

 

La Photographie pratique, manuel écrit par le commandant Édouard Joly, s’adresse également aux débutants mais plus particulièrement aux officiers, explorateurs et touristes, et explique ainsi comment procéder « sur le terrain » (sous-bois, monuments, fortifications, machines) et selon le type de cliché (vues panoramiques, paysages, instantanés, intérieurs, groupes, portraits, reproductions), témoignant d’une grande pluralité des usages de l’invention de Niepce et Daguerre en cette fin de XIXe siècle.

Historique et description des procédés du daguerréotype et du diorama (Éd.1839)
Historique et description des...
Les récréations photographiques (2e édition revue et corrigée) (Éd.1893)
Les récréations photographiques...