Vous êtes ici
Histoire
Centenaire de l'assassinat des Romanov

La Princesse Alexandra Federovna Romanova (autrefois Alix Viktoria Helene Luise Béatrix de Hesse et du Rhin) et le Tsar Nicolas II tombent amoureux au premier regard en 1884 lors d’un bal. Les parents du tsar refuse ce mariage car sa dulcinée est allemande. Après des années, ils se marient enfin le 26 novembre 1894, Alexandre III et Dagmar de Danemark (ses parents) cèdent devant la santé faiblissante du tsar Alexandre III.

 

Empereurs et autocrates, ils auront quatre filles (Olga, Tatiana, Maria et Anastasia) et un fils (Alexis). Cette famille sera assassinée dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 par les bolchéviks, dans la villa Ipatiev, après que son règne ait été renversé par la révolution de Février.

 

Pendant ses années de règne, Nicolas II suivait la politique de son père. Il défendait le principe de l’autocratie absolue, il voulait conserver une organisation concentrée et centralisée du pouvoir. Mais surtout, Nicolas II était désintéressé du pouvoir, des guerres…

 

« […] Nicolas qui avait l’œil perçant pour les détails, devenait myope lorsqu’il s’agissait de comprendre d’un seul regard une grande position ; il commandait avec perfection les manœuvres et les revues du Champ de Mars, remarquait la moindre tâche sur l’uniforme d’un soldat, voyait si les cheveux s’un officier avait la coupe d’ordonnance, mais, lorsqu’il ne s’agissait plus d’une revue, mais d’une guerre, il devenait mauvais général, comme il l’a prouvé lors de la guerre de Crimée […] » Un fils de l'empereur Nicolas, par le prince Alexeï de G. Seconde édition (Edition 1866).

 

« Une aube sanglante planait sur le règne naissant de l’empereur Nicolas. » Un fils de l'empereur Nicolas, par le prince Alexeï de G. Seconde édition (Edition 1866). Il souhaiterait vivre avec sa famille, loin des responsabilités impériales.

 

« Après le meurtre de la famille impériale à Ekatérinenbourg, en juillet 1918, on recueillit, entre autres objets lui ayant appartenu, un coffret de bois noir, aux initiales N.A (Nicolas Alexandrovitch). Ce coffret contenait des […] lettres (quatre cents) que l’impératrice Alexandra Feodovna lui écrivit du 26 avril 1914 au 4 mars 1917 ».

 
Ainsi commence la préface du livre
Lettres à l'empereur Nicolas II d’ Alexandra Feodorovna (Edition 1924). Si cette quantité de lettres est impressionnante en seulement trois ans c’est que « Nicolas II se séparait très rarement de l’Impératrice, tandis que, pendant la guerre, il y fut contraint la plupart du temps ».

 

« Ce qui ressort tout d ‘abord des lettres d’Alexandra Feodorovna et la rend extrêmement sympathique, c’est son immense amour pour son mari et pour ses enfants, amour sans bornes, presque surhumain »  Sa lettre du 27 avril 1914 en témoigne : « Je ne puis m’habituer à ne pas t’avoir ici, à la maison, même pour un temps très court, bien que j’aie avec moi nos cinq trésors. Dors bien, mon Soleil, mon trésor à moi, et mille tendres baisers de ta vieille ».

 


Ce recueil nous livre un aperçu poignant de la femme du tsar, de son amour pour lui et sa famille, ainsi que le pouvoir que Raspoutine exerçait sur elle « Notre Ami est si content de nos filles ; il dit qu’elles ont eu de dures leçons pour leur âge et que leurs âmes ont grandi. » Lettre du 6 décembre 1916, ou encore « notre Ami dit que les affaires ne marcheront pas tant que ton plan ne sera pas suivi ». Lettre du 28 septembre 1916, Lettres à l'empereur Nicolas II.

Un fils de l'empereur Nicolas, par le prince Alexeï de G. Seconde édition
Un fils de l'empereur...
Lettres à l'empereur Nicolas II
Lettres à l'empereur...
Le Berceau d'une dynastie, les premiers Romanov, 1613-1682
Le Berceau d'une dynastie...