Vous êtes ici
Culture
La Peau de Chagrin de Balzac

Août 1831, le jeune Honoré de Balzac publie son deuxième roman, celui qui va fonder sa gloire comme auteur : La Peau de Chagrin (Édition 1833).

 

« Si tu me possèdes, tu posséderas tout,
Mais ta vie m’appartiendra. Dieu l’a
voulu ainsi. Désire, et tes désirs
seront accomplis. Mais règle
tes souhaits sur ta vie.
Elle est là. A chaque
vouloir je décroitrai
comme tes jours.
Me veux-tu ?
Prends. Dieu
t’exaucera.
Soit. »

 

Lorsqu’il trouve par hasard, chez un apothicaire, cette peau de chagrin gravée qui exauce les souhaits mais raccourcit la vie, Raphaël de Valentin – le héros de Balzac, est un aristocrate désargenté, un mélancolique tourmenté par un amour malheureux ; le pacte est trop tentant, et Raphaël tranche entre le choix d’une vie monotone mais longue, et celui d’une vie fulgurante mais d’une intensité redoutable.

Présentée par Balzac comme un « roman philosophique », l’œuvre fantastique constitue le deuxième tome du monument littéraire qu’il façonne en 1834 sous le titre de La Comédie Humaine. Les rééditions du roman ne manquent donc pas de réinscrire le récit dans cet ensemble d’ouvrages : dans les années 1850, une édition illustrée du roman paraît. Sous le linteau de La Comédie Humaine, Peau de Chagrin se décline en textes et dessins, à découvrir avec Hachette BnF.

 

 

La Peau de chagrin, (Éd.1833)
La Peau de chagrin, (Éd.1833)
La Peau de chagrin, (Éd.1845)
La Peau de chagrin, (Éd.1845)
La peau de chagrin
La peau de chagrin