Vous êtes ici
Histoire
Les 900 ans de la fondation de l’Ordre du Temple

L’Ordre du Temple fit son apparition en 1120 : sous l’égide d’Hugues de Payns, il s’agissait alors de quelques chevaliers unis par les voeux de chasteté, d’obédience et de pauvreté. Cependant, l’Ordre fut reconnu par le pape et se développa à travers toute l’Europe. Les Templiers amassèrent des ressources pharaoniques, mais paradoxalement leur richesse entraîna leur ruine. Malgré sa puissance, l’Ordre ne se remit pas du coup porté par le roi Philippe le Bel.

Plus de 700 ans après sa dissolution, l’Ordre du Temple n’a rien perdu de son attrait ni de son mystère.

 

Une administration rigoureuse

 

L’une des raisons du succès de l’Ordre tient sans doute à la rigueur administrative avec laquelle il était géré. Le Cartulaire de la Commanderie de Richerenches de l'Ordre du Temple 1136-1214 annoté par le Marquis de Ripert-Monclar et le Cartulaire général de l’ordre du temple annoté par le Marquis d’Albon, respectivement publiés en 1907 et en 1913, sont des recueils d'actes administratifs compilant, sur une période et une zone donnée, tous les actes relatifs aux possessions mobilières et immobilières des commanderies. Si avec le temps, de nombreuses archives ont été perdues, les versions annotées des Cartulaires proposées par Hachette Bnf constituent une riche source d’informations ; “C’est précisément pour remédier à l'insuffisance des preuves apportées jusqu’ici à l’histoire de l’Ordre du Temple que le Marquis d’Albon s’était proposé de rechercher et de mettre au jour toutes les pièces qui pouvaient jeter la lumière sur cette période encore mystérieuse et incertaine.”p9 Cartulaire général de l’Ordre du Temple

En plus de renseigner sur l’histoire des régions où étaient établies les commanderies, ces documents et les annotations ultérieures permettent de retracer la généalogie et le destin familial des maisons et des autorités de l’époque. Ces cartulaires constituent par ailleurs un témoignage passionnant sur la réalité de la société contemporaine ; “La dissolution de l’empire romain n’avait laissé subsister que deux classes bien tranchées, les hommes libres et les esclaves.”p 126. Cartulaire de la Commanderie de Richerenches de l'Ordre du Temple

 

Puissance et décadence de l’Ordre du Temple

 

La puissance militaire développa en parallèle de sa domination sur l’Europe son patrimoine économique et bénéficia du soutien de nombreux puissants ; “Mais c’est surtout probablement en argent que l’hôpital reçut des dons considérables, car de 1245 à 1297, nous le voyons faire de grandes acquisitions de terres arables.” p59, Note sur les établissements des ordres religieux et militaires. Grâce aux dons des seigneurs soucieux de s’accorder leurs faveurs - On trouve dans les anciennes archives du pays une foule de donations faites aux XIIe et XIIIe siècles par les seigneurs en faveur des Templiers.”, Ordres équestres : sur les Ordres du Temple et de Saint-Jean-de-Jérusalem en Rouergue (Éd.1861). Les Templiers investirent donc des terres et des domaines, mettant ainsi l’Ordre à la tête d’un vaste patrimoine terrien à travers toute l’Europe. Le patrimoine de l’Ordre (qui était par ailleurs exonéré de la dîme, un impôt prélevé par l’Eglise) était également mobilier et se composait, notamment, de saintes reliques et de statues richement ornées. On en trouve une illustration dans la Description du temple de la paix élevé par les ordres du magistrat de la ville de Lille: “Le corps du Temple a trente pieds de diamètre sur autant de hauteur, la corniche comprise. (...) Les colonnes, les pilastres & la frise de l'entablement sont d’agathe peinte; les bases, les chapiteaux, & les ornemens de bronze; l’architrave, la corniche, & la balustrade de Marbre blanc; les piédestaux des Statües de verd d’Emeraude; & toutes les statües & figures de marbre de Genes.” [sic]

 

Or, ces richesses firent des envieux et suscitèrent en particulier la cupidité du roi de France Philippe le Bel, endetté par les coûteuses croisades de son père, Philippe III le Hardi. Comme on peut le lire dans le Procès des frères du Temple, p1 “La ruine du Temple fut la conséquence de la lutte engagée par le pouvoir temporel contre le pouvoir spirituel, lutte dont Philippe le Bel sortit vainqueur contre Boniface VIII. Le roi voulut poursuivre ses avantages. Philippe provoqua la destruction d’un ordre religieux et militaire créé uniquement pour la défense de la Terre Sainte, pour la Croisade, et qui était plutôt le sujet des papes que le sujet des rois.” Reste que Philippe le Bel eut gain de cause : l’Ordre fut supprimé en 1312.

 

L’Ordre dans l’imaginaire littéraire

 

L’Ordre des Templiers et le procès qui conclut sa chute continuent de marquer les esprits et ont engendré de nombreuses productions littéraires. Dans Les Templiers (1805), une tragédie en 5 actes, François Raynouard revient sur les circonstances du procès de l’Ordre.

 

Acte I, scène 1

“Le Ministre - Vous n’êtes plus grand maître.

Le Grand Maître - Qui l’a jugé?

Le Ministre - Le Roi.

Le Grand Maître - Mais l’Ordre entier…

Le Ministre - N’est plus.

Le Grand maître - Croirai-je?..

Le Ministre - Epargnez-vous des regrets superflus ; Soumettez-vous au prince: il l’espère; il l’ordonne.”

 

Cette pièce rééditée par Hachette BnF valut à son auteur, François Raynouard, le soutien de l’empereur Napoléon Ier et lui ouvrit les portes de l'Académie française

Procès des frères de l'ordre du Temple : d'après des pièces inédites (Éd.1888)
Procès des frères de l'...
Description du temple de la paix élevé par les ordres du magistrat de la ville de Lille
Description du temple de la...