Vous êtes ici
Souvenirs d'une fille du peuple, ou La Saint-Simonienne en Égypte, 1834-1836

Souvenirs d'une fille du peuple, ou La Saint-Simonienne en Égypte, 1834-1836

Auteur(s): 
Parution : 
01/09/2021
EAN : 
9782329628424
Prix : 
25.90 € ttc
Souvenirs d'une fille du peuple. Suzanne Voilquin
Date de l'édition originale : 1866

Née à Paris d’un père républicain ouvrier chapelier et d’une mère catholique pratiquante, Suzanne Monnier (1801-1877) reçoit une éducation religieuse dont elle s’éloigne alors qu’elle découvre à travers ses lectures, en autodidacte, la philosophie des Lumières. Elle connait par la suite une vie ouvrière en tant que brodeuse et rencontre Eugène Voilquin, un maçon qu’elle épouse en 1825.

Elle rejoint en 1830 le mouvement saint-simonien, une utopie libertaire collectiviste qui revendique la justice sociale pour tous à travers l’industrialisation. En quête d’émancipation et de liberté, souhaitant se battre pour l’affranchissement des femmes, elle écrit dès 1832 pour l’hebdomadaire La Femme libre  : créé par Marie-Reine Guindorf et Désirée Véret, ex-saint-simoniennes portées par un féminisme prolétaire, c’est le premier journal féministe français, entièrement écrit par des femmes. Suzanne Voilquin fi nit par en prendre la direction et le rebaptise La Tribune des femmes  : elle donne voix à de nombreuses journalistes qui dénoncent l’emprise du patriarcat tout comme la soumission et l’exclusion des femmes, tant dans la vie politique qu’intellectuelle du pays. En 1834, elle met fin à ce journal après avoir publié un texte qui se fait remarquer par son courage et son engagement, Ma loi d’avenir, écrit par une autre figure incontournable du féminisme, la passionnée Claire Démar.

Désirant porter la parole saint-simonienne au-delà des frontières, elle se rend en Égypte en 1834. Dans Souvenirs d’une fille du peuple, Suzanne Voilquin s’adresse ainsi à sa fi lle adoptive et à sa nièce  : elle y compile ses mémoires et le récit de son voyage en Égypte, livrant ses observations sur la condition des femmes orientales. Ces textes sont autant le témoignage d’une saint-simonienne que celui d’une femme engagée et humble qui voulait laisser une trace à ses descendantes  : «  Puisse le jugement des femmes m’être bienveillant  ! car c’est pour elles, et pour toi, mon enfant, que j’ai osé prendre la plume, arrivée à la fin d’une longue carrière de travail.  »

Ce livre, réimprimé en fac-similé par Hachette-BnF, est identique à la publication originale de 1866 conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Pour découvrir tous les titres du catalogue, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr.

<none> Suzanne Voilquin

Tribune des femmes
Tribune des femmes
Apostolat des femmes
Apostolat des femmes
Les polonais ou La famille...
Léon XIII et le devoir social