Vous êtes ici
Auteurs
Karl Marx a 200 ans

Initiateur d'un nombre inestimable de révolutions et de courants politiques à tendances communistes, Karl Marx fut une figure majeure – si ce n’est primordiale – du socialisme au XIXème siècle. Né à Trèves le 5 mai 1818,  il embrasse rapidement une pluralité de discipline, entre histoire, journalisme, économie ou encore la philosophie en participant de facto à une diffusion accrue des sciences humaines et à son constant enrichissement à travers ses publications et essais.

 

Marx fait ses premières armes au sein de la Gazette Rhénane et à seulement 29 ans il rédige en compagnie de son ami Engels Le Manifeste du parti communiste en 1848 suite à la demande de la Ligue des Communistes, qui se réunissait en 1847 à Londres pour leur premier congrès. Dès lors la pensée communiste dispose de solides assises retranscrites dans cet ouvrage et peut ainsi entreprendre son expansion et sa diffusion à grande échelle. Les fondements sont célèbres, la perpétuelle lutte des classes ancrée dans notre société depuis l’Antiquité ou encore l’appel à l’unité dans sa dernière sommation : « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ! ». La publication trouve un écho confortable auprès de sociétés où les ouvriers, en nombre constant se pensent de plus en plus en une force éloquente et cohérente.

 

Lorsqu’éclate la Révolution française de 1848, le mouvement s’étend aux autres pays européens et le soulèvement emporte également l’Allemagne. C’est le printemps des peuples. Ce mouvement consacre l’essor de la presse en Allemagne mais également la naissance du mouvement ouvrier et féministe. Karl Marx s’empare du sujet et publie une série d’articles sur la révolution et la contre-révolution en Allemagne ou l’Allemagne en 1848 dans la Daily Tribune de New York –quotidien aux tendances fouriéristes – entre 1851 et 1852. Sa fille Eleanor décide alors de compiler lesdits articles sous la forme d’un ouvrage dont la majorité des articles n’ont pas été republiés depuis. Sa vocation de journaliste se précise lorsqu’il se dirige vers Cologne pour prendre la tête de la rédaction de la Neue Rheinische Zeintung mais très vite il se trouve poursuivi par les tribunaux consécutivement à la publication d’une proclamation signée par un révolutionnaire en exil du nom de Friedrich Hecker. Acquitté en 1849, Marx est expulsé par le gouvernement et se rend pour un temps à Paris, subit une seconde expulsion et s’établit finalement à Londres.

 

Néanmoins, c’est son ouvrage Le Capital qui consacre la postérité de Marx. Vingt années à l’écrire et une publication à demi posthume. Le premier livre est publié en 1867 mais la rédaction inachevée de ses brouillons pousse Engels et Karl Kautsky à publier le reliquat entre 1885 et les années 1905-1910. Œuvre substantielle et polymorphe, elle condense la partie la plus importante de sa théorie économie et philosophique. Il y expose certains de ses concepts clés comme la notion de plus-value et développe une philosophie empreinte de sociologie du travail. L'exposition subjective d'un monde n'est plus la seule vocation, il s'agit alors de le transformer intégralement et cela se traduit nécessairement par une révolution sociale radicale. Une lecture parfois ardue que Gabrielle Deville, journaliste et homme politique français, a tenté de rendre plus accessible auprès du public dans son ouvrage Le capital de Karl Marx, résumé et accompagné d’un aperçu sur le socialisme scientifique.

 

Son travail et ses diatribes contre la société capitaliste ont été massivement approuvés par son entourage, son gendre Paul Lafargue a par ailleurs rédigé un ouvrage essentiel sur le socialisme, inspiré par ce qui est devenu la pensée marxiste, intitulé Le droit à la paresse dans lequel il démythifie la notion de travail et son statut de valeur, mais aussi auprès d’un grand nombre d’intellectuels de gauche et d’artistes tout au long du XXème siècle. Sans négliger les révolutions russe et chinoise. Deux cents ans après sa mort, ses idéaux se sont mués en un courant politique et philosophique dont l’influence reste encore perceptible de nos jours.

Le capital (Éd.1872)
Le capital (Éd.1872)
Le droit à la paresse : réfutation du droit au travail, de 1848 (Éd.1883)
Le droit à la paresse :...
Le Manifeste communiste  avec les articles de F. Engels dans la Réforme, 1847-1848. Volume 2
Le Manifeste communiste avec...