Vous êtes ici
Histoire
La liberté de la presse en France

Aujourd’hui la liberté de la presse est un principe central dans l'imaginaire politique français. Tandis que l’on fait naître la presse française en 1631, avec la parution de la Gazette de Renaudot, la liberté de la presse ne devient une réalité qu’en 1789, avec la proclamation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 juillet.

 

Le nombre de titres de presse augmente considérablement à partir de la dernière décennie du 18e siècle. Les sympathisants de la Révolution française, comme Jean-Paul Marat et François de la Harpe, vantent la vertu de cette nouvelle liberté d’expression.

 

« La liberté de tout dire a pour borne morale le mal d’autrui, et pour borne politique la loi. »

- François de la Harpe : La Liberté de la presse défendue, 1794

 

La censure est appliquée à nouveau en France pendant la période du Premier Empire. Certains personnages publics comme l’homme de lettres contre-révolutionnaire Louis de Bonald défend ce changement en arguant que les mots ont trop d’influence sur l’opinion publique.

 

« S’il est vrai que l’opinion soit la Reine du monde, c’est par les livres qu’elle se forme, s’égare ou se redresse. »

- Louis de Bonald : Encore un mot sur la liberté de la presse, 1814

 

Avec la promulgation des Lois de Serre en 1819, l’attitude du gouvernement pendant la Restauration envers la presse redevient plus libérale mais la possibilité de contrôle reste constante. C’est seulement avec la loi du 29 juillet 1881, votée sous la IIIe République, que la liberté de la presse en France est protégée en principe définitivement (avec des exceptions majeures notables, sous le Régime du Vichy et pendant la guerre d’Algérie, par exemple).

 

Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, commentaire du texte de la loi
Loi du 29 juillet 1881 sur la...
Encore un mot sur la liberté de la presse
Encore un mot sur la liberté de...
La Liberté de la presse défendue
La Liberté de la presse défendue