Vous êtes ici
A la découverte de Paris
Paris XIV arrondissement

Si le quatorzième m’était conté…

 

Situé sur la rive gauche de la Seine, le 14ème arrondissement contient les quartiers du Montparnasse, de Plaisance, du Petit-Montrouge et du Parc de Montsouris.

Jusqu’au 19ème siècle, cet arrondissement n’est que peu peuplé : il s’agit principalement d’un lieu de passage pour les pèlerins qui suivent l’axe Nord-Sud correspondant à l’ancienne voie romaine reliant Paris à Orléans.

Les limites actuelles du 14ème furent établies en 1860, en annexant les communes comprises entre le mur des Fermiers Généraux (construit en 1784) et les fortifications de Thiers (qui datent, elles de 1841).

 

 

Mais il faut attendre le 20ème siècle pour que l’arrondissement devienne un lieu important de la vie parisienne. A cette époque, Montparnasse devient le cœur de la vie intellectuelle et artistique à Paris. De nombreux artistes viennent y habiter, et certains cafés les soutiennent financièrement en acceptant de les faire vivre à crédit ou même de payer avec des croquis. Parmi les personnalités liées au quartier, on retrouve, entre autres, Georges Brassens, Serge Gainsbourg, Françoise Hardy, mais aussi Matisse, Gauguin, Picasso, Hemingway, Simone de Beauvoir…

 

Les catacombes : voyage dans les entrailles de Paris

 

L’histoire des catacombes est liée à celle du cimetière des Saint-Innocents. Ce cimetière datant de l’époque des Mérovingiens était situé dans le quartier des Halles, à l’emplacement actuel de la place Joachim-du-Bellay et de la Fontaine des Innocents. Jusqu’au 18ème siècle, le cimetière des Innocents reçoit les corps de plus de deux millions de parisiens, ce qui en fait le plus grand lieu de sépulture intra-muros. Les corps des populations pauvres y sont enterrés dans d’immenses fosses communes qui peuvent en accueillir jusqu’à 1500. Tous ces cadavres entrainent des problèmes d’insalubrité croissants et favorisent la propagation des maladies ; mais malgré la création de cimetières en dehors des enceintes de Paris, la tradition persiste et les paroisses continuent d’enterrer leurs morts aux Innocents. Le cimetière est enfin fermé en 1782, et les ossements transférés dans d’anciennes carrières souterraines à Montrouge. Ces carrières aménagées sont rebaptisées « catacombes », en référence aux anciennes nécropoles souterraines romaines.

Il existe plusieurs ossuaires sous Paris, le plus connu étant celui de la Tombe-Issoire, situé dans le 14ème arrondissement (il s’agit du seul ouvert au grand public). Par ailleurs, les catacombes ne représentent qu’une infime partie des kilomètres de tunnels et de carrières souterraines qui sillonnent le sous-sol de Paris.

 

Les catacombes vues au travers des ouvrages Hachette BnF

 

Hachette BnF vous propose de redécouvrir l’histoire des catacombes de Paris au travers d’un roman d’Elie Berthet, Les catacombes de Paris. Publié en 1854, cet ouvrage nous offre une vision fantastique des catacombes, qui étaient à l’époque une source constante de curiosité et de récits débordants d’imagination. Berthet, écrivain français à succès, raconte en effet l’histoire de Médard, jeune sauvage vivant dans les catacombes et possédant le pouvoir de se déplacer dans la nuit et de ne jamais se perdre…

 

Les catacombes de Paris (Éd.1854)
Les catacombes de Paris (Éd...
Les Catacombes de Paris
Les Catacombes de Paris